VivaTech, Viva Maurice !

VivaTech vient tout juste de fermer ses portes et c’est déjà l’heure du bilan sur l’événement de la semaine. Plus de 100 000 personnes ont trainé leurs baskets blanches dans les allées des start-up. D’autres on eu une overdose des posts et du buzz pendant 3 jours…

Vivatech bien sûr !

Alors, on attend plus Maurice ? Pas de retraite pour Maurice Lévy. Vivatech est devenu sa data et son DADA. Depuis 4 ans, il converti les entreprises et les français à la dynamique du numérique. A marche forcée, l’Homme de Publicis est en passe de réussir son tour de force pour faire devenir Paris, l’une des places fortes du digital. Les entreprises du CAC40 sont là et plus en tant que spectatrices. Elles sont passées d’un rôle mineur à un rôle d’incubateur, synonyme de leur transformation digitale.

La start-up Nation a encore des progrès à faire face à ses concurrents historiques (comme le CES de Vegas), mais le mouvement semble enclenché durablement. Le sujet est encore jeune. Les stands s’élargissent, avec toujours la bonne idée au coin de l’allée. l’écosystème des start-up a trouvé un lieu d’épanouissement. Le thème des 3 jours était ‘TECH FOR GOOD » comme si nous prenions enfin conscience que la technologie n’a de sens que dans la simplification de nos vies. #techforgood.

Vivatech, le royaume des speechs

A chaque coin de stand, un micro vous harangue sur une idée, une démonstration, une explication. Un Robot vous marche sur le pied pour attirer votre attention et vous embarque dans une discussion sans fin pour vous séduire. Les abeilles du numérique butinent les champs d’idées jusqu’à l’overdose digitale. Les hashtags et images du salon sont relayés par des hordes d’étudiants en recherche d’alternance, de stages et de job dans le digital. La jeunesse est là, ouf le numérique c’est pas un truc de vieux, alors ? La data aussi. Les klaxoons et autres GAFA trônent au milieu d’un salon de l’auto next génération, sans hôtesses et sans pilote.

Il était sans doute plus intéressant de se promener dans les allées que de suivre les relais sur twitter et Instagram. Témoin de votre présence sur le salon : « J’y étais donc je suis digital ». To bee (abeille en VO) Digital or not. Si certains discours étaient convenu, comme souvent dans ce genre d’événement, l’état d’esprit était bon et constructif. Voir autant de gens se bouger dans le numérique c’est le meilleur moyen de donner envie aux autres. #pourquoipasmoi.

Bon, allez il parait que vous avez moins de 2 minutes pour lire cet article. C’est fait. Vous pouvez retourner sur votre mobile, il y a au moins 15 alertes que vous n’avez point lu…;)

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :