Et si le D.I.Y. était la nouvelle norme

D.I.Y., DO IT YOURSELF : Dans le digital, le FAIRE est stratégique. Toutes les personnes qui veulent acquérir des compétences en matière digitale doit FAIRE par lui-même. On ne peut-être un théoricien du digital. Il faut pratiquer régulièrement. Message entendu par les annonceurs qui intègrent de plus en plus les compétences du digital dans leurs départements…Sommes-nous face à une histoire de passage ou un changement structurel ?

D.I.Y digital is the new Black

DIY Digital the new blackSavoir bricoler est un atout dans une maison. Savoir utiliser un maximum d’outils sur le digital est aussi une qualité importante. Même si l’expérience est faible, elle permet aux utilisateurs de se rendre compte de la difficulté et du réel usage à disposition sur les différentes plateformes. c’est « MANDATORY » si vous souhaitez devenir un AS du DIGITAL. Votre passion vous emmènera vers des spécialisations. Mais avoir touché un peu à tout est salvateur dans cette industrie.

A force de répéter ce principe fondamental, le marché développe de plus en plus d’outils qui peuvent être administrés par des Béotiens en la matière. S’il était complexe de faire un site internet il y a 15 ans par exemple. C’est presque devenu un jeu d’enfants aujourd’hui. Les plateformes CMS ont donné le pouvoir aux marketers. La techno sans la techno en bref...Et il en est de même pour beaucoup de solutions marketing et publicitaires. Cela fait moins rigolé les DSI qui voient dans ces IT shadows (logiciels ou plateformes SAAS utilisés par les collaborateurs sans validation du service informatique…), une perte directe de leurs prérogative. Et bien souvent au grand DAM de la sécurité ou du RGPD

Une tendance de plus en plus forte chez les annonceurs

Le virus a pris chez les annonceurs, qui en avaient marre de se faire rouler dans la farine par des prestataires. Poussé par un Procurement ou une direction des achats toujours plus pointilleuse sur les achats dit « intellectuels », la question de l’internalisation est très souvent posé, voire systématique. Mais l’intégration permet-elle de faire de vrais économies ?

A première vue, on peut le dire, l’intégration semble avoir des bénéfices économiques évident au regard des honoraires de certains prestataires. L’embauche ou le reclassement des collaborateurs (encore plus vertueux pour les directions des achats et le management) est très souvent un point essentiel dans la motivation d’intégration. La question est de trouver les « Moutons-à-5-pattes », qu’ils pensaient avoir chez les prestataires…hihhihi. Dans le marché publicitaire, les agences ont fourni et forment encore beaucoup de spécialistes. Lessivés par un rythme souvent effréné en agence, ils finissent par un repos du guerrier chez les annonceurs. Cela ne veut pas dire que c’est tranquille aussi chez les annonceurs, mais les problèmes ont changé et les évolutions aussi. Les chasseurs de têtes « Digitales » se frottent les mains.

La confiance dans les prestataires a-t-elle chuté ?

DIY Digital Manque de confiancePas toujours. J’ai vu des internalisations avec un accompagnement de prestataire.  Pas toujours évident de proposer un service qui va amener l’entreprise à être autonome. De temps en temps l’accompagnement à l’intégration dure et permet au prestataire de prolonger ses services. Mais il est sûr que certaines prestations ont atteint ce que mon frère aime appeler le « Stupid Price ». Le prix au dessus duquel je ne suis pas prêt d’accepter la prestation : trop cher, en résumé. Il faut dire que faire du digital est devenu central à cause ou grace à la « Transformation Digitale », et le nombre de choses qu’il faut faire pour être en phase avec son marché demande des investissements de plus en plus conséquent pour les annonceurs. Au fil de l’eau on a vu le SEA (Search engince Advertising – Adwords) ou l’affiliation être géré en direct par les annonceurs. Dernièrement c’est l’achat programmatique et la gestion de la DMP qui ont fait l’objet d’une intégration.  Ces investissements devenant important, il est évident que l’intégration D.I.Y. est une question.

DO It Yourself – D.I.Y et le Dieu « expert » t’aidera.

La multiplication des coûts externes et les enjeux stratégiques business oblige donc de plus en plus d’annonceurs à vouloir pratiquer le digital par eux-mêmes. Une bonne idée ? oui, peu-être au début, mais la suite risque d’être plus complexe. En effet, on peut souvent constater que l’avis extérieur est bien souvent un élément stratégique pour faire avancer la stratégie justement. Comme à la maison, vous pouvez faire la plomberie, car vous avez acquis des connaissances en la matière mais il arrive un moment où le recours à un professionnel du bâtiment devient indispensable. Car cela prend du temps d’intégrer des expertises et de se former. Pas de sciences infuses. Et le temps est l’arme absolue. Le seul moyen d’accélérer ce temps c’est souvent l’expertise externe.

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :