Adblock or not

L’adblocking est devenu en quelques temps  un argument choc sur la crise publicitaire sur le digital. Les consommateurs de plus en plus aguerris avec les technologies jouent au chat et à la souris avec le marché publicitaire. Mais pourquoi tant de haine ?

Adblock, un développement pour se distraire !

Adblock
Adblock trends : Make my Ads Great Again

Eh, oui. J’ai recherché la personne qui avait développer le premier adblock. Et j’ai trouvé ! Il s’appelle Henrik Aasted SÃ Rensen, aujourd’hui développeur indépendant qui habite à Copenhagen. C’est lui qui aurait écrit le code source initial de l’Adblock, en 2002. Il aurait développé le programme lors de ses études universitaires pour se distraire. On est bien loin des concepts philosophiques et anti-pub.

Mais business is business, et l’open source d’Henrik n’est pas resté dans le FUN et certains acteurs en ont fait une arme redoutable. C’est la naissance d’Adblockplus en 2006. Acteur controversé du marché dont le succès important de la monétisation de cette open source est encore d’actualité. On pourrait aussi citer Ublock origin et Adguard dans les extensions des navigateurs des internautes. Le marché reste tenace, et présent. Adblock dans le mondeEt c’est une contagion internationale.

Adblock, pas de répit pour les braves !

L’industrie a fait son mea culpa en 2015 à travers l’iab et tente de prendre des mesures à la hauteur de l’enjeu. Car c’est tout un modèle de l’économie numérique qui vacille. C’est l’apparition de la CBA (Coalition for Better ads) ou des programmes LEAN de l’iab et de la refonte des formats et des pratiques. Mais en 2018, on en est où ? Il y a du progrès mais les chiffres monstrueux  (600 millions d’utilisateurs d’adblocks dans le monde) et surtout le comportement des Millenials sur le sujet me fait dire que l’on ne fait pas assez pour pouvoir sauver les éditeurs en mal de CPM fort.

Make my Ads Great Again

De l’adblock à l’adtok(en)

Adblock & Adtoken
Adblock & Adtoken, pour un meilleur usage de la publicité à travers une relation tripartite et avec la technologie blockchain

Et où l’on reparle de l’adblocking ? La blockchain publicitaire, bien sûr. Bon nombre d’acteurs, de start-up  tente de refondrent le modèle publicitaire à travers la révolution Blockchain qui est en cours. Comment ? En redéfinissant le rapport de force entre les acteurs. La relation tripartite Annonceurs, Editeurs et Internautes devient le centre de l’innovation des ICO lancées sur le marché publicitaire. Et si l’internaute était payé pour être exposé à la publicité et monnayer ses data auprès des éditeurs. La blockchain devenant un moyen « facile » en créant une nouvelle monnaie virtuelle, le TOKEN ADS. Facilement distribuable et à priori infalsifiable, il pourrait être une nouvelle manière de gérer son business modèle publicitaire pour les éditeurs.  Il diffuse la pub, reverse une partie de ses revenus à l’internaute, qui peut utiliser ces tokens ads pour acheter du contenu ou contribuer à la réputation de ses supports favoris. Sur le papier cela semble très séduisant, mais le marché doute encore de la scabilité du système. Et surtout de la norme sur laquelle il faudra se mettre d’accord dans le monde entier. Mais c’est encore une autre histoire…

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :