Pas de Silos, hélas, c’est là qu’est l’os !

Le meilleur moyen de comprendre le digital est de faire abstraction des barrières et autres frontières que l’Humain tente de mettre en place. Le Cartésien a besoin de limites, de contours clairs pour se repérer. Mais avec le digital les limites n’existent pas…C’est un paradoxe évident…mais pas toujours bien assimilé par les entreprises…

Seamless is the buzzWord

Sans couture (SEAMLESS en VO) est le terme anglo-saxon le plus pertinent pour désigner la communication et le marketing digital. C’est un espace sans limite où les disciplines, les leviers s’activent, s’entre-mèlent et finissent par fusionner. La frontière entre les disciplines est toujours temporaire. Ces limites ne sont là que pour nous aider à cerner l’univers de compétence ou les qualités que l’on peu exploiter sur les supports numériques. Par exemple, le support numérique d’un site web peut avoir plusieurs utilisations selon l’industrie dans laquelle il est créé. C’est pareil pour les leviers de communication digitale. Le search, le display le social peuvent y jouer un rôle différent selon la stratégie que l’on souhaite mettre en place. c’est comme une pièce de théâtre, chaque comédien se tient à un rôle, mais il est aussi censé connaitre le rôle de ses partenaires pour permettre une fluidité de la pièce de théâtre.

Les barrières sont là pour être franchies ou levées.

La difficulté majeure dans la stratégie digitale est donc de savoir où le travail des uns commence et où il fini. Et c’est pas si simple que cela. Par exemple, prenez Adwords (ou Google Ads maintenant). Au départ c’est une plateforme que l’on nomme self-served (utilisation par soi-même) pour acheter les Mots clés pour générer du trafic sur un site. Chemin faisant, aujourd’hui c’est toujours une plateforme mais avec laquelle vous achetez non seulement les mots clés, mais aussi vous achetez l’espace display et vidéo sur les univers affiliées à Google uniquement. L’intégration de l’achat programmatique fait parti de l’écosystème également. Et vous pouvez de plus en plus constituer vos pools de data en vue de faire du remarketing (l’art de recibler vos visiteurs). Bref, ce qui était au départ une gestion simple, devient un écosystème à lui tout seul. C’est d’ailleurs ce que l’on reproche à Google en tant que walled Garden (jardin fermé). Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ! Elémentaire mon cher Watson !

Google plateforme publicitaire
Un Rebranding qui permet de mieux comprendre l’écosystème et surtout de casser les barrières des budgets et de la stratégies des silos. Espérons que nous ne soyons pas en face d’un autre WALLED GARDEN !

Donc, quand vous pensez digital, pensez avec le moins de barrières possible. Imaginer que tout communique avec tout. Il n’y a pas de système clos dans une stratégie de communication digitale. Les outils de mesure sont les ponts entre tous les moyens et leurs arbitrages financiers. C’est en théorie. En pratique c’est beaucoup plus complexe car les GAFAM ouvrent et ferment les frontières en fonction de leurs intérêts cours terme. C’est pourquoi il faut bien réfléchir à sa stratégie avant de partir bille-en-tête dans l’implémentation.

Pour en savoir plus vous pouvez aller voir le site de Digitall Makers et prendre contact pour apprendre a bien travailler votre stratégie digital, en mode seamless.

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :