Ben alors, on attend pas Patrick ?

L’arrivée de Facebook au SRi vendredi dernier,  est un événement qui annonce ce jeudi 12 juillet peut-être un changement dans l’analyse des investissements publicitaires. En effet, alors que nous étions habitués aux sempiternelles questions du poids réel de Facebook dans l’écosystème publicitaire. La question reviendra sur le bout des lèvres de toute l’audience du marché publicitaire ce jour là. Quel suspens ! On retient notre souffle…

Welcome on « board » Sell-side !

Il y a quelques mois l’assemblée générale du SRI a acté une modification des statuts. Ainsi, en plus de ses membres, le SRI pourra-t-il désormais accueillir de nouveaux adhérents « partenaires ». Ces derniers devront, selon un communiqué du syndicat, « exercer une activité connexe à celle de régie publicitaire sur internet reposant, soit sur un savoir-faire technologique côté « vendeur », soit sur un savoir-faire de monétisation complémentaire ».

De là à imaginer que Facebook puisse devenir l’un d’entre eux…il n’y a qu’un pas et beaucoup de questions. Facebook au delà de son rôle « éditorial » de réseau social est-elle une régie ou un prestataire technique qui travaille avec les régies ? Sur le dernier point, il n’y a plus de doute, les régies travaillent avec Facebook (de gré ou de force car l’audience est encore là). La volumétrie de ses audiences et celle de ses données en fond un acteur important du paysage publicitaire, comme Google. Il n’y pas de doute. La question de savoir quel est le niveau et le volume de relations commerciales que le réseaux social entretient avec les régies du marché publicitaire français. Nous allons peut-être aller vers une nouvelle étape de la transparence ? ou des relations plus complexes qu’il n’y parait.

Selon le syndicat, cette arrivée vient « significativement renforcer la représentativité sell-side du SRI et enrichir la proposition de valeur pour ses adhérents : plus de partage d’expertise, locales et internationales, plus de dialogue avec tous les acteurs du marché et une vraie ambition de construire ensemble un écosystème toujours plus vertueux ».  Ce qui est sûr c’est que Facebook a beaucoup plus besoin qu’il n’y parait des acteurs qui produisent du contenu de « qualité » pour redorer son blason. Et les autres acteurs Sell-Side ont besoin de Facebook pour assurer une croissance d’audience, en attendant une croissance publicitaire.

SRI un jour, SRI toujours…

PAtrick-Facebook-SRI3L’annonce estivale des chiffres du SRI seront intéressant en terme de discours. Après avoir tant décrié la suprématie des GAFA dans l’écosystème, c’est la réconciliation annoncée. Facebook est dominant dans tous les secteurs du marché : programmatique (intégré entant qu’acteur du programmatique selon PWC), mobile (logique), native (double logique)..

Mais cet élargissement du SRI ne fait que renforcer ma conviction que le SRI deviendra l’IAB et vice-et-versa. Accélérant de fait la fusion plus ou moins annoncée par la liste gagnante des dernières élections.  Rendez-vous jeudi donc pour les résultats.

 

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :