La fin de l’anonymat sur internet

Depuis quelques temps, le petit milieu du marketing, des média et de la publicité sont en ébullition devant la problématique de la collecte de la donnée sur les supports digitaux. GDPR et e-privacy et certainement d’autres règlementations à venir viennent contrarier les vélléïtés des marketers dans leurs moindres faits et gestes sur les actions des consommateurs.

Le casse-tête est important. Toute l’économie publicitaire sur le digital repose sur la donnée, collectée souvent à l’insu de leur plein grès. Le fameux cookie ou toutes les autres formes de collecte d’informations sur le comportement devient l’objet de toutes les convoitises.

On vous suit à la trace !

Capture d'écran 2017-11-13 10.57.48
Datavisualisation de navigation avec Lightbeam (plug-in Firefox). Tous les sites partagent souvent la même information. (recueil des données sur la matinée du 13 novembre 2017)

Nous laissons un nombre incalculable de signes sur nos supports digitaux. Les moindres faits et gestes sont finalement trackés, collectés, compilés, analysés, re-scorés, pseudonomisés, et déanonymatisés… Pour le savoir il suffit d’installer des outils comme Ghostery ou lightbeam (voir graphique ci dessus) pour voir l’étendu des dégâts.  La lecture de ces stigmates nous montre également que les éditeurs, les acteurs du web sont tous interconnectés. Il y a des technologies communes, qui font le lien entre les sites et les applications. Vous pouvez nettoyer vos cookies, ou utiliser les fonctions « do not track » de vos navigateurs régulièrement. On fini toujours par savoir ce que vous avez fait ou deviner ce que vous allez faire. La convoitise de la donnée, à l’ère du BIG DATA  fait faire parfois n’importe quoi à ces acteurs. La déonthologie et le respect de cet anonymat n’est pas toujours l’élément de base du marché. Des chercheurs aux US ont ainsi mis à jour une collecte de toutes les actions des internautes par certains sites. La fin de l’anonymat est là.

Les technologies dites « site centrics » (collectent des informations à partir du site) ont un avantage par rapport à d’autres. En effet ces dernières sont présentes sur énormément de sites et peuvent facilement « scorer » votre parcours, de manière anonyme ou pseudonyme, sur tous les devices. On peut difficilement imaginer que ces donnéees ne soient pas utilisées à des fins marketing ou commerciales. La notion de « People Based » donne une illustration parfaite de l’objectifs de beaucoup d’acteurs : posséder tous les points de contacts des individus d’une population est l’objectif ultime. Savoir précisément tous les comportements des consommateurs est un fantasme que certains marketers rêvent d’avoir. L’échantillon extrapolé n’est plus la référence absolue, le people based l’a ringardisé. Et si ce fantasme du ciblage exact et précis avec zéro déperdition n’était qu’une illusion. Le bon message à la bonne personne au bon moment est une perversité des marketers. Ce mantra les conduira à leur perte. Que restera-t-ils au scientifique du marketing une fois que tout sera prévu, sans fruit du hasard…Ce moment-là sonnera certainement la révolte profonde de l’humain, totalement imprévisible, capable de basculer sur un coup de tête. Avec cette moisson constante des signaux nous allons avoir un élément destructeur de valeur d’imagination et d’innovation.

10665498
Source  © JDN

La data doit être au service du bien commun, et ne peut-être utilisé à tord et à travers. Le dernier exemple en la matière est certainement l’annonce de saleforce sur l’accès aux données Google Analytics. Ce conglomérat des numéros 1 entraine de fait une situation monopolistique et certainement dangereuse pour les citoyens que nous sommes. Et aussi pout les autres plateformes CRM, qui devraient disposer du même avantage compétitif.

Pour les marketers, c’est une aubaine qui ne va pas durer très longtemps avec la RGPD (25 mai 2018) et le règlement eprivacy, encore en gestation. Mais il est sûr que les consommateurs ne laisseront pas faire très longtemps quand le devoir d’information deviendra la norme absolue.

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Un commentaire sur “La fin de l’anonymat sur internet

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :